Pourquoi faut-il une aide sociale équitable

Pourquoi avons-nous besoin d’une aide sociale équitable?

Dans le préambule de la Constitution fédérale on peut lire : « […] la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres ». Voilà pourquoi nous avons besoin d’une aide sociale équitable.

Dans le canton de Berne, l’aide sociale est définie selon les recommandations de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (Normes CSIAS). Ces normes garantissent un mode de vie modeste et permettent également aux personnes en situation précaire de participer à la vie sociale. Comme le dit l’adage, il faut à l’homme plus que du pain pour vivre. Les personnes tributaires de l’aide sociale doivent aussi pouvoir inviter des amis et s’acheter de temps en temps un journal ou un livre. C’est pourquoi, le forfait pour l’entretien ne garantit pas juste de quoi vivre, mais une existence compatible avec la dignité humaine.

Le Grand Conseil du canton de Berne a décidé de s’écarter des normes CSIAS et de réduire le forfait pour l’entretien de 8-30%, bien que les prestations de l’aide sociale soient aujourd’hui déjà très modestes, ce qui est injuste.

Il y a de nombreux arguments pour une aide sociale équitable:

  • L’aide sociale empêche la marginalisation et la paupérisation
  • N’importe qui peut être frappé par l’indigence. Divorce ou séparation, chômage de longue durée et coups du destin sont des risques qui peuvent atteindre tout un chacun. Ces risques ne sont pas couverts par les assurances sociales. C’est pourquoi l’aide sociale est nécessaire.
  • Un tiers des personnes bénéficiaires de l’aide sociale sont des enfants et des jeunes.
  • L’aide sociale « aide à s’aider soi-même ». La plupart des personnes bénéficient de l’aide sociale temporairement.
  • L’aide sociale favorise l’insertion professionnelle et sociale.
  • Les prestations de l’aide sociale ne sont pas trop élevées. L’aide sociale ne finance que les biens et services nécessaires à l’existence. Elle ne verse rien pour les vacances, les repas au restaurant, les biens de luxe, les animaux de compagnie. Le forfait pour l’entretien suffit pour ce qui est absolument nécessaire et pas pour plus.
  • L’aide sociale exige et encourage l’activité lucrative. La personne qui est capable de travailler doit chercher un emploi et travailler. Les services sociaux aident dans la recherche d’emploi. Par ailleurs, la franchise sur le revenu permet aujourd’hui déjà d’encourager l’activité lucrative.
  • Un grand nombre de personnes soutenues travaillent. L’aide sociale soutient beaucoup de personnes qui travaillent mais dont le revenu ne suffit pas pour vivre.
  • Un grand nombre de personnes ne trouvent plus d’emploi. Les personnes non qualifiées ou qui ont des problèmes de santé souvent arrivent en fin de droit auprès de l’assurance chômage et doivent bénéficier de l’aide sociale.
  • Les personnes de plus de 55 ans sont le groupe de bénéficiaires de l’aide sociale qui croît le plus. Le marché du travail ne les veut plus, bien qu’elles aient travaillé pendant des dizaines d’années et soient bien qualifiées.
  • Les contrôles permettent de prévenir et mettre au jour les abus. Les services sociaux examinent chaque demande d’aide sociale avec soin. Les contrôles étendus permettent de lutter efficacement contre les abus dans l’aide sociale.

C’est pourquoi l’association « Pour une aide sociale équitable » veut que:

  • les normes CSIAS reconnues au niveau suisse pour déterminer l’aide sociale restent applicables dans le canton de Berne;
  • les prestations d’aide sociale couvrent les besoins existentiels;
  • les prestations pour les jeunes et les enfants ne soient pas diminuées.